BANANAS

(and kings)

création 2020

- Production- 

Idiomécanic Théâtre

- coproduction -

RB­D PRODUCTIONS, Mairie d'Orly / Centre culturel Aragon Triolet, Fontenay en Scènes / Fontenay-sous-Bois, La Grange Dîmière / Théâtre de Fresnes, ECAM / Le Kremlin-Bicêtre, Espace culturel Boris Vian  / Les Ulis, Théâtre des 2 Rives / Charenton-le-Pont.

- soutiens -

Direction Régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France, Théâtrales Charles Dullin édition 2020, Conseil Départemental de l'Essonne, Département du Val-de-Marse, ADAMI, SPEDIDAM, Théâtre des Quarties d'Ivry - Centre Dramatique National du Val-de-Marne, CENTQUATRE-PARIS, ville du Kremlin-Bicêtre. Action financée par la Région Ile-de-France

- résidences- 

104 / Paris, Médiathèque de l’Écho / Le Kremlin-Bicêtre.

Lecture dans le cadre de la Piste d'envol au Théâtre du Rond-Point 

 

L'adami gère et fait progresser les droits des artistes-interprètes en France et dans le monde. Elle les soutient également financièrement pour leurs projets de création et de diffusion.

texte et mise en scène Julie Timmerman

dramaturgie Pauline Thimonnier

collaboration artistique Benjamin Laurent

 

avec Anne Cressent, Mathieu Desfemmes, Jean-Baptiste Verquin et Julie Timmerman

scénographie Charlotte Villermet

lumière Philippe Sazerat

musique Benjamin Laurent

costumes Dominique Rocher

son Michel Head

vidéo Jean-Baptiste Pigneur

construction de la scénographie Jean-Paul Dewynter

production/diffusion Anne-Charlotte Lesquibe 

administration Gingko Biloba

attachée de presse Nicole Czarniak

- durée 1h55 -

La Chiquita Brands domine aujourd’hui le marché de la banane, on connaît son sigle et son personnage vedette, Chiquita Banana. Mais sait-on ce qu’il y a derrière la marque ?

 

L’Histoire de la Chiquita Brands, d’abord nommée United Fruit Company, et fondée en 1899, est l’histoire de l’asservissement des peuples autochtones ; c’est l’histoire d’une entreprise qui pratique l’évitement fiscal, de la corruption des puissants, du mépris de la démocratie ; c’est aussi l’histoire de l’empoisonnement irréversible de la terre par les pesticides. La United Fruit Company est la première multinationale de l’agro-alimentaire, et elle met en place tout au long du XXème siècle un système mortifère qui a ensuite servi de modèle aux autres. 36 ans de guerre civile suivent le coup d’Etat au Guatemala, qui sert de laboratoire aux coups d’Etat du Chili, d’Argentine, du Nicaragua, du Salvador, de Cuba... avec plus ou moins de succès. La compagnie se refait une virginité en changeant de nom. Devenue la Chiquita Brands, elle obtient le label Rainforest Alliance qui reconnaît ses avancées en matière d’écologie et de droits de l’homme. Sur le terrain, la réalité est tout autre. Elle est notamment condamnée en 2007 pour financement de groupes terroristes en Colombie. Quant aux pesticides, nous savons qu’ils tuent encore aujourd’hui, même s’ils ont changé de nom et de formule : le Chlordécone, largement utilisé par les compagnies bananières aux Antilles, a rendu les hommes stériles...

 

L’actualité nous montre que « le ventre n’est pas mort d’où est sortie la bête immonde » et que la Pieuvre - comme on appelait la United Fruit, tant elle étendait ses tentacules sur tout le continent - renaît perpétuellement de ses cendres. C’est ce que je veux montrer dans Bananas, deuxième volet du diptyque sur la manipulation en démocratie, commencé avec Un Démocrate. Cabaret brechtien, épopée aux airs de western et de film d’espionnage, avec gangsters et indiens rebelles, Bananas dénonce, avec une ironie mordante, les violences du passé pour éclairer les violences du présent. Qu’en est-il de nos démocraties à l’heure où les multinationales ont un tel pouvoir ? Que nous reste-t-il pour lutter contre la confiscation de notre pouvoir de citoyen ?

 

PRESSE

Pour cette artiste, le théâtre affirme sa puissance de plaisir par le filtre pamphlétaire. On est là pour se venger de l'injustice en riant. Il y a une épaisseur historique propre à la compagnie Idiomecanic Théâtre. Même réécrits, souvent tournés à la farce (glaçante bien sûr) les épisodes sont vrais. On osera dire qu'ainsi croquée, cette ignominie est fort réjouissante.

Gilles Costaz Politis

Julie Timmerman, l'art du récit...Elle le développe avec intelligence et efficacité, sans jamais amoindrir le charme consubstantiel au théâtre. Julie Timmerman est une artiste remarquable. Elle a été une comédienne en herbe, elle est devenue une femme de tête qui n'a jamais abdiqué une sensibilité extrême. 

Armelle Héliot Le Journal d'Armelle Héliot / Le quotidien du médecin.

Bananas (and kings) se place dans la lignée des grandes pièces épiques du répertoire La résistible ascension d'Arturo Ui de B.Brecht et L'ennemi du Peuple d'Ibsen.
Stéphane Capron Sceneweb / France-inter

Ils sont quatre à donner corps à une foule de personnages sur un ton grinçant satirique qui rappelle les exercices de lucidité de Brecht. Le texte tire son nerf d'une documentation minutieuse et d'un sentiment d'indignation bénéfique. Julie Timmerman, loin du sociologisme en vogue, porte le fer dans le coeur dur de la politique.

Jean-Pierre Léonardini L'Humanité

Une fois accoutumé à cette résurgence du théâtre politique des années 1960, le spectacle, efficacement mis en scène par l’auteure qui figure parmi les quatre excellents interprètes, accroche jusqu’à la fin.

Jacques Nerson L’Obs

Le savoir-faire en matière de cabaret de la metteuse en scène, qui glisse d’un tableau à l’autre en s’appuyant sur sa troupe de solides acteurs, est incontestable.

Emmanuelle Bouchez Télérama

Une fresque palpitante, remarquablement orchestrée, qui interroge le naufrage du politique assujetti aux diktats du profit. 

Agnès Santi La Terrasse 

Le rythme est soutenu, le jeu expressif, la mise en scène carrée.

Brigitte Salino Le Monde

Avec peu de moyens et beaucoup de mouvement, la pièce ne verse pas dans l'exposé documentaire figé. Démonstrative et engagée comme pour du Brecht dans son jus, Julie Timmerman sollicite l'imaginaire au fil d'une scénographie charmeuse. Quand le rythme s'emballe, la verve bout, le message pour " armer les peuples", résonne.

Alexis Campion Le Journal du dimanche

Au fil de ses créations, J.Timmerman trace un chemin obstiné dont l'horizon semble être, tout simplement, la vérité. Son théâtre vise toujours la même cible : les discours qui, sous couvert de lucidité, vous empêtrent dans l'illusion.

Judith Sibony Le Monde.fr

 

Instructif et drôle, politique et engagé, historique et contemporain : Bananas rue dans les brancards. L’on ne perd jamais le fil, grâce à la cohérence d’un texte qui dépasse le didactisme par une dramaturgie au souffle irrésistible.

Jacky Bornet France info Culture

Deux actrices, l’autrice et Anne Cressent et deux acteurs, Mathieu Desfemmes et Jean-Baptiste Verquin, se partagent vigoureusement plus de quarante rôles, le spectateur masqué s’y perd un peu mais le rythme ne faiblit pas dans un décor astucieux signé Charlotte Villermet.
Jean-Pierre Thibaudat Le blog de Mediapart.

Acteurs brillants, texte passionnant, rythme incisif... A découvrir de toute urgence : du théâtre qui  brûle et qui réveille.

Hélène Küttner artistikrezo

Paradoxalement aussi légère que profonde, la forme est parfaite pour expliquer les méfaits du capitalisme et la mise en coupe d'un continent.

Philippe Person Froggy's delight

A travers cette nouvelle pièce politique, ses mots sont toujours incisifs et tranchants, pour offrir un spectacle qui possède une vraie force de frappe. Julie Timmerman affirme son style très personnel, son identité, son empreinte dans le monde du spectacle vivant (et bien vivant !).

avoir-alire.com Benjamin Oppert

Une traversée du siècle et de l'inhumanité qui fait froid dans le dos. La mise en scène de J.Timmerman donne de la distance et de la théâtralité. 

Bruno Fougniès La revue du spectacle

Le rythme est soutenu, le jeu expressif et le spectateur se laisse emporter par cette histoire, vraie qui plus est. Le résultat est formidable, tant pour l’écriture que la mise en scène et l’interprétation.
Micheline Rousselet SNES-FSU

Un spectacle "bluffant ". 

Thierry Lebon TSF Jazz

 

 

 

ATTENTION DES DATES ET DES HORAIRES SONT SUSCEPTIBLES D'ETRE MODIFIES POUR CAUSE DE COVID-19, MERCI DE VERIFIER AUPRES DES LIEUX AVANT DE VOUS RENDRE AU THEATRE!

9 septembre au 1er novembre Théâtre La Reine Blanche/Paris > 3 novembre Rueil-Malmaison (annulé - COVID 19) > 13 novembre Orly  > 20 novembre Fresnes > 11 décembre Le Kremlin-Bicêtre > 5 fév. Charenton-le-Pont > 11 fév. Cambrai > 5 mars Lésigny > 19 mars les Ulis

13 avril St-Michel-sur-Orge > 20 avril Orléans > 27 mai St-Genis-Pouilly

Dates